Home / Communication / 6 erreurs fatales qui peuvent anéantir votre référencement

6 erreurs fatales qui peuvent anéantir votre référencement

Votre site web a enfin vu le jour et vous pouvez être fier de vous, c’est déjà un gros boulot d’effectué, bravo !

Bon, il s’agit maintenant de penser à la meilleure manière d’attirer les internautes. Si vous vous êtes un peu renseigné sur le référencement naturel, vous avez certainement constaté qu’il y a de nombreuses techniques qui vous permettent d’optimiser le trafic de votre site.

Et à ce sujet j’en connais un rayon 😉 !

Ce que je vous propose ici, c’est plutôt de passer en revue une série d’erreurs récurrentes qui peuvent anéantir tous vos efforts.

Que vous vouliez améliorer le référencement de votre boutique en ligne, de votre blog ou de n’importe quel autre type de site, vous devez éviter ces erreurs.

Vous verrez que parfois, ça peut paraître un détail, mais ça fait vraiment une différence !

Alors, on y va !

7 erreurs fatales qui peuvent anéantir votre #référencementCLICK TO TWEET

Erreur 1 : Ne pas travailler ses mots-clés

Lorsque vous effectuez une recherche via Google, vous tapez les termes qui vous viennent à l’esprit dans le moteur de recherche, n’est-ce pas !

Eh, bien, comme vous vous en doutez, ce sont ces requêtes qui vont déterminer la liste des sites proposés par Google. Ses robots détectent les sites qui emploient les mots tapés et vont analyser le contenu pour estimer s’il répond efficacement à la demande du client.

Ce sont donc bien ces mots-clés qui sont à la base de tout. Comme la farine pour le pain. Sans elle, aucune chance de réussir à se mettre quoi que ce soit sous la dent !

C’est pourquoi, avant même de vous lancer dans de la production de contenu, vous devez vous mettre dans la peau d’un internaute. Quels sont ces fameux termes que vous taperiez pour trouver tel ou tel produit ?

Rassurez-vous, pour vous aider dans cette mission un peu fastidieuse, des tas d’outils sont à votre disposition. Je vous conseille l’outil de suggestion de mots-clés de Google.

Et j’en profite pour vous glisser une info importante.

S’il n’y a encore pas si longtemps, pour être reconnus par Google, les mots-clés devaient impérativement apparaitre tels quels sur votre site, cette époque est bel et bien révolue.

Aujourd’hui, l’algorithme de Google est suffisamment malin pour capter les mots-clés même s’ils sont séparés par d’autres termes, comme des déterminants notamment. En fait, c’est même devenu un élément important, car ça rend l’expérience utilisateur plus agréable et plus fluide. Et ça, Google, il adore !

En même temps, c’est logique. Le groupe de mots-clés « meuble salle de bain bois » qui sera tapé dans la barre de recherche sonne quand même nettement mieux dans un texte lorsqu’il est écrit « meuble de salle de bain en bois », non ?

Erreur 2 : Vouloir gagner du temps en choisissant la méthode du « copié-collé »

Quand vous avez une liste de produits identiques qui se déclinent en diverses tailles et/ou couleur, rien de plus normal que de vouloir gagner du temps en dupliquant vos descriptions, c’est vraiment trop tentant.

Le problème, c’est que vous n’y gagnerez rien d’autre. Vous connaissez le « duplicate content » ?

Ça consiste à publier un contenu déjà existant sur la toile à partir d’un autre site. Google ne plaisante pas avec cette méthode qu’il assimile à du plagiat.

Alors, évidemment, dans votre situation, c’est votre propre contenu que vous réutilisez et sur le même site en plus. Mais pour Google, ça revient au même.

En fait, il adore que vos informations soient riches, variées, cohérentes, intéressantes et que chaque page apporte une réelle valeur ajoutée à votre site.

 Google adore que vos informations soient riches et variées

Erreur 3 : Sous-estimer l’importance des liens externes

Vous pensez systématiquement à partager vos fiches produits sur Facebook ? Ou vos articles si vous avez un blog ?

Bon, pour revenir à notre sujet, vous récupérez un peu de trafic via ces partages et vous êtes super content, car qui dit bon trafic dit bon référencement !

Alors, bien évidemment, vous avez raison de vous réjouir, ça contribue bien à augmenter votre trafic.

Mais en vous contentant d’alimenter uniquement votre propre site ou blog, vous perdez une autre occasion de plaire à Google.

Vous avez déjà entendu parler des « backlinks » ?

Mais si, ce sont ces liens qui proviennent d’autres sites et qui pointent vers le vôtre !

C’est vraiment important ?

Eh, oui ! Plus que ça même, c’est essentiel.

En obtenant d’un autre site un renvoi vers le vôtre, c’est comme si vous envoyiez un message qui dit : « Eh, Google, t’as vu ? Mon site est suffisamment intéressant pour être cité en référence ailleurs ! » Et, ça encore une fois, pour Google, c’est top !

Mais alors comment faire ?

Si vous aimez écrire, un article dit « invité » peut-être une excellente opportunité à saisir.

Il s’agit d’un article signé en votre nom, que vous allez publier sur le site d’une autre personne. C’est gagnant-gagnant, car le propriétaire de l’autre site enrichit son contenu, et vous, vous allez pouvoir vous faire connaître et en profiter pour insérer 1 ou 2 liens vers votre propre site, blog ou boutique.

Tiens-tiens, ne serait-ce pas le cas ici ? Bon ok, je suis démasqué 😉. Eh, oui, je ne me contente pas de donner quelques conseils, je les mets en pratique aussi, tant qu’à faire !

Bon pour en revenir à l’article invité, il vous suffit de partir en quête de bons sites (au contenu intéressant) et dont la thématique est en relation avec la vôtre pour ne pas perdre en crédibilité et cohérence.

Il ne vous reste plus ensuite qu’à proposer vos talents d’auteur.

Erreur 4 : En faire le minimum pour la rédaction de vos fiches produits

On ne va pas se mentir, décrire un produit vendu sur votre boutique, ce n’est vraiment pas la tâche la plus sympa, surtout si vous n’aimez pas écrire.

Alors, comme beaucoup, vous laissez cette « corvée » de côté en simplifiant au maximum les informations : matière, taille, utilisation principale. Après tout, c’est tout ce qui intéresse le client, non ?

Alors, ça dépend des produits, mais là c’est un autre débat. Ce qui est sûr, c’est que pour Google, quel que soit l’article en question, le plus important, c’est que du contenu riche et intéressant apparaisse sur la page.

Eh, oui, n’oubliez pas que l’algorithme de Google place l’expérience utilisateur en haut de sa liste de critères. Il tient à ce qu’il ne manque pas d’informations pour l’aider au mieux à faire son choix.

 Google accorde une grande importance à l'expérience utilisateur

Appliquez-vous donc à en dire un maximum et ne laissez rien au hasard.

Pour combler les blancs, profitez-en pour conseiller le client dans l’utilisation du produit. Ça peut être décisif dans le passage à l’acte d’achat, croyez-moi. C’est du boulot, évidemment, mais le jeu en vaut vraiment la chandelle.

Erreur 5 : Ne pas avoir un site « mobile-friendly »

Ce n’est pas un secret, avec les évolutions technologiques, l’internet mobile explose. Saviez-vous que le m-commerce a gagné 38% de parts de marché en plus en 2017 par rapport à 2016 ? Si, si ! Et 2018 est bien partie pour accentuer cette croissance (+ 25% au premier trimestre).

Alors, laisser cette idée germer dans un coin de votre tête en remettant l’action toujours à plus tard, c’est très mauvais pour votre référencement.

Aujourd’hui, passer en mode « mobile-friendly » est devenu incontournable si vous êtes en quête de gagner des places dans Google. Et qui ne l’est pas ?

Vous souhaitez aller plus loin ?

Participez gratuitement à notre webconférence dédiée
aux publicités Facebook !

Cliquez ici pour en savoir plus !

Erreur 6 : Sous-estimer l’impact de la vitesse de chargement de votre site

Rien de tel que du concret pour argumenter ce point. Alors, c’est parti pour une petite mise en situation :

Vous avez une brusque envie d’ajouter une nouvelle touche déco à votre salon, mais vous n’avez aucun créneau de disponible pour courir les magasins.

Vous décidez donc d’aller jeter un œil sur la toile. Vous tapez « décoration murale contemporaine », et là, une ribambelle de sites défile sur la première page de Google. Vous cliquez sur un lien qui vous semble intéressant, et vous attendez que le site se charge.

Hum, un peu long tout ça ! Bon, combien de temps allez-vous attendre ?

Eh, bien, si vous faites partie de plus de la moitié des internautes, pas plus de 3 secondes.

Oui, oui, 3 petites secondes… C’est le temps maximum que 57% des visiteurs accordent à un site pour afficher sa page d’accueil. Au-delà, ils passent à autre chose et 80% d’entre eux ne reviendront jamais sur le site en question (source).

D’ailleurs, les plus grands acteurs du web le savent bien et en ont même déjà payé les pots cassés :

  • Quand Amazon met 100 millisecondes de plus à charger, c’est 1% de son chiffre d’affaires qui s’envole en fumée.
  • Même le mastodonte Google n’échappe pas à la règle. 500 millisecondes de temps de chargement supplémentaire et c’est pour lui 20% de recherche en moins. (source)

Alors évidemment, l’algorithme de Google a bien compris l’enjeu de la vitesse de chargement et l’a inclus à ses critères dans la course à la première place sur son moteur de recherche. Ça vaut le coup de s’attarder un peu sur le sujet, non ?

Voilà, on a fait le tour de quelques pièges à éviter pour augmenter vos chances d’optimiser le positionnement de votre site.

Alors, c’est vrai, le SEO repose parfois sur des détails, qui peuvent paraître sans importance, voir fastidieux. Mais, ce qu’il faut savoir, c’est que, plus vous prenez en compte ces critères, plus vos efforts seront récompensés.

C’est pourquoi adopter dès le départ une bonne méthode est essentiel. Vous voulez connaitre la mienne ?

About Brenda Ndaya

Check Also

Comment fonctionne l’algorithme de Facebook (et le contourner)

Laissez moi débuter cet article par deux questions. Est-ce que, selon vous, vos publications sur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *